Lettre écrite par George Sand à Lamennais le 02/1841 à Paris

A M. L’ABBÉ DE LAMENNAIS, A SAINTE-PÉLAGIE.
Paris, février 1841.

Ce à quoi je tiens avant tout, monsieur, c’est que vous ne croyiez point qu’un sot amour propre blessé pût jamais me faire abjurer les sentiments d’affection et de respect que je vous ai voués. Quand même j’aurais eu la certitude que vous aviez voulu m’adresser du fond de votre prison une leçon incisive, comme on me l’a donné à entendre de toutes parts, je l’aurais acceptée, non pas sans douleur, mais du moins sans amertume.

Le bon ami Gaubert1 a dû vous le dire, et je suis sûre qu’au fond de votre cœur vous n’en avez jamais douté. Je crois, je persiste à croire que je suis fort desservie auprès de vous, et on aurait pu m’attribuer de telles paroles ou de telles pensées, qu’elles eussent fermé votre âme à toute estime et à toute confiance envers tout ce qui ne porte pas de barbe au menton.

Je sais autour de vous des gens qui ne se font pas faute de me calomnier avec un acharnement qui m’afflige sans m’irriter, parce que cette haine gratuite me parait tenir de l’hypocondrie et presque de la démence. Quelquefois, dans les plus folles déclamations, il y a une sorte d’habileté (c’est un caractère de la maladie appelée haine) qui impose aux âmes les plus nobles et aux esprits les plus fermes. Je n’ai jamais pu penser que cette sorte d’anathème, lancé par vous sans exception sur notre sexe, fût une action lâche et méchante.

J’ose à peine répéter les mots dont vous vous servez dans votre indignation généreuse, quand je songe que c’est vous qui êtes en cause, vous, monsieur, qui êtes l’objet d’une vénération religieuse de ma part, et de celle de tout ce qui m’entoure. Si j’avais jugé ainsi votre sévérité, je n’aurais jamais eu besoin de l’explication que vous voulez bien me donner; car je n’aurais jamais eu le moindre doute sur vos intentions.

J’ai craint seulement, je le répète, un de ces mouvements de colère paternelle que vous éprouvez quand vous croyez la justice et la vérité méconnues, et que, grâce à Dieu et heureusement pour notre siècle, vous ne savez pas réprimer. Soyez certain que, si telle eût été votre inspiration, quoique je ne me sentisse pas frappée avec clairvoyance et justice, à certains égards j’aurais respecté votre pensée et votre intention, comme je respecte tout ce qui vient de vous.

Je dis à certains égards; car, au manque de logique et de raisonnement que vous nous reprochez, je puis vous jurer, par l’affection que je vous porte, qu’en ce qui me concerne personnellement, je reconnais de bon cœur et très gaiement que vous avez grandement raison. Le reproche m’eût blessée dans le cas où j’aurais eu la prétention d’être ce que je ne suis pas, et j’avoue n’avoir jamais compris qu’on pût mettre son bonheur ou sa dignité à sortir de son rôle.

Cela posé (et vous connaissez à ce sujet ma sincérité), j’oserai vous dire que je ne suis pas convaincue de l’infériorité des femmes, même sous ce rapport-là. Dirai-je en avoir rencontré qui eussent été capables de vous écouter, de vous suivre et de vous comprendre des heures entières? Je n’ai pas le droit de l’affirmer: ce serait m’attribuer la compétence d’un pareil jugement; mais, dans mon instinct et dans ma conscience, je le crois. Il est vrai que ces femmes-là ont vécu à l’ombre comme des fleurs et n’ont point porté de pétitions à la Chambre.

Ne me trouvez-vous pas, monsieur, bien imbue, aujourd’hui, de l’esprit de corps? C’est très désintéressé de ma part; car je n’ai fait aucune étude sérieuse sur mon intelligence et je n’ai jamais été mue que par le sentiment. En outre, j’ai beaucoup plus souffert de l’absurdité et de la malice des femmes que de celles des hommes.

Mais j’ai toujours attribué cette infériorité de fait, qui existe en général, à l’infériorité qu’on veut consacrer éternellement en principe pour abuser de la faiblesse, de l’ignorance, de la vanité, en un mot de tous les travers que l’éducation nous donne. Réhabilitées à demi par la philosophie chrétienne, nous avons besoin de l’être encore davantage.

Comme nous vous comptons parmi nos saints, comme vous êtes le père de notre Église nouvelle, nous sommes toutes désolées et toutes découragées quand, au lieu de nous bénir et d’élever notre intelligence, vous nous dites un peu sèchement: « Arrière, mes bonnes filles, vous êtes toutes de vraies sottes! »

Je réponds pour mes sœurs : « C’est la vérité, maître; mais enseignez-nous à ne plus être sottes! »

Le moyen n’est pas de nous dire que le mal tient à notre nature, mais qu’il résulte de la manière dont votre sexe nous a gouvernées jusqu’ici. Si nous demandons à Dieu l’intelligence, il nous la donnera peut-être, sans nous donner pour cela de la barbe, et alors vous serez bien attrapés à votre tour.

Il me faut bien du courage pour plaisanter avec vous, monsieur, lorsque mon coeur est navré des souffrances que vous endurez dans la prison. Si je l’ose, c’est parce que je connais votre inaltérable sérénité, ce fond de gaieté que vous avez, et qui est à mes yeux la plus admirable preuve de votre bonté et de votre candeur.

Vous avez voulu subir ce martyre: c’est bien de la bonté que vous avez pour une génération si légère et si froide. Tout en vous admirant, je ne puis vous approuver d’exposer votre santé et votre vie pour toute cette race qui ne vous vaut pas. Enfin, Dieu ne se fera pas le complice de vos bourreaux, et, malgré vous, il vous rendra à nos vœux, à notre dévouement et à notre respectueuse amitié.

GEORGE SAND.

  1. Le docteur Gaubert jeune. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *