Lettre écrite par George Sand à Maurice Sand le 15/08/1840 à Cambrai

A MAURICE SAND, A PARIS.
Cambrai, samedi soir 15 août 1840.

Cher toutou,

Je t’aime, je me porte bien, je me couche tôt et je me lève idem. Aujourd’hui, nous avons été voir une manufacture, une cathédrale et la Marche historique, qui serait une chose belle et curieuse de loin. Mais j’étais trop près et j’ai vu que c’était fort sale et déguenillé. Il y avait pourtant quelques beaux costumes, mais peu d’ensemble et rien d’exact.

Nos hôtes nous ont régalés d’un dîner de quarante personnes, vrai gueuleton de province, trois heures à table et de l’esprit de gendarme à mort. Puis une soirée dansante, dans un superbe salon. Voilà tout ce qu’il y a à dire de la société ; j’y ai rencontré une demi-douzaine de personnes qui prétendaient me connaître et que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam. Un vrai tas de particuliers. Il y aurait de bonnes scènes de mœurs de province à faire sur l’intérieur de nos hôtes, bonnes gens, excellents, mais gendarmes ! un gendarme, deux gendarmes, trois, quatre, six, huit, quarante gendarmes ! c’est curieux dans son genre.

Demain, le concert est à onze heures du matin, ce qui caractérise la vie cambrésienne. Ma présence en cette bonne ville est une des moins désagréables apparitions que j’aie faites en province. Je crois que personne n’y avait jamais entendu prononcer mon nom, ce qui me met fort à l’aise.

On nous dit qu’il y a ici dans une église, un Rubens, Descente de croix. — La véritable ! disent-ils ; celle d’Anvers est, selon eux, une copie. Cela me fait l’effet d’une blague indigène. Nous irons tout de même voir ça, après le concert. Après-demain, autre concert, toujours à onze heures du matin, et, le soir, nous repartons. Je revole dans les bras de mes mignons, pour les biger à mort.

Recevrai-je de vos nouvelles demain ? Je le voudrais bien. Bonsoir, mes chéris. Dis à ma grosse d’être sage, afin que je puisse, l’emmener si je refais un voyage. Qu’elle soit bonne ; car, si madame Marliani se plaint d’elle, j’aurai moins de plaisir à l’embrasser.

Bonsoir, mille baisers, à mardi.

TA VIEILLE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *