Lettre écrite par George Sand à F. Guillon le 25/02/1844 à Paris

A M.F. GUILLON, A PARIS.
Paris, 25 février 1844.

Mon cher monsieur Guillon,

J’attends toujours la réponse du comité berrichon.

Je ne veux pas répondre à vos belles et bonnes lettres, avant d’avoir à vous dire: « Reprenons la dispute pour marcher «ensemble» ou bien « On nous sépare. Gardons chacun notre idéal ».

Je n’ai rien ajouté et rien retranché aux bons renseignements que j’avais donnés de vous. La réponse décidera de notre querelle; car ou le comité acceptera d’emblée votre éclectisme religieux et politique, ou il repoussera sans appel la tentative de philosophie que je voulais faire avec vous. Comme il s’agit de marcher tous ensemble, je n’insisterai pas contre un refus qui serait motivé sur vos antécédents. Je trouverais le refus injuste, peut-être; mais je ne penserais pas devoir vous exposer à des suspicions fâcheuses pour vous; pour moi, qui vous cautionnerais moralement; pour le comité, qui ne respecterait pas comme il convient la personne du rédacteur.

Enfin, nous voici avec nos systèmes et nos rêveries dans l’attente d’un dénouement réel, et je ne fais aucune autre démarche pour trouver un autre rédacteur. Voilà pourquoi je n’ose point insister, ni vous défendre, ni vous tourmenter; car, si nous ne devons pas entrer en campagne sous le même drapeau, à quoi bon nous essayer à mêler nos nuances? Vous avez beaucoup de richesses à perdre et je n’ai rien à vous donner. Mon fanatisme serait une arme dont vous vous serviriez peut-être mal pour combattre le mal, et je ne sais pas si votre calme pratique ne m’ôterait pas tout mon élan. Je vois bien que vous nous jugez un peu creux et un peu fous. C’est bien vite nous refuser la science sociale. Nous n’avons encore rien dit et rien formulé en fait de moyens.

Mais, de ce que nous n’acceptons pas certaines formules qui ne nous sont pas sympathiques, qui nous semblent manquer d’âme, de religion et de dévouement, il n’est pas dit que nous repoussions toute autre application que la doctrine de Fourier. C’est parce qu’elle n’applique nullement nos principes, quoi que vous en disiez, que nous ne l’aimons pas et que nous ne la voulons pas. Vous conciliez ces principes et les nôtres avec beaucoup d’art et de talent. Mais, à votre insu, c’est une conciliation spécieuse; car la doctrine de l’industrialisme attrayant, comme on l’entend dans le fouriérisme; n’est pas dépourvue de principes. Elle en a, et nous les trouvons antireligieux, et nous les sentons non pas seulement inconciliables, mais opposés diamétralement aux nôtres.

Je n’entends pas, puisque vous vous en défendez si bien, vous ranger dans certaine série déterminée: peut-être êtes-vous injuste, vous, de nous classer parmi les rêveurs impuissants.

Mais, puisque vous ne nous accordez que la possession d’un tiers de vérité, voyez quel chemin il faudrait faire à vous ou à moi pour reconnaître que l’un de nous résume en lui la trinité? Vous croyez la tenir cette triplicité d’aspect de la vérité. Et, moi, je crois l’entrevoir. Mais nous ne la plaçons pas dans les mêmes choses; et je crois qu’au début, lorsque le bon et sincère M. de Pompéry nous présentait l’un à l’autre comme tout semblables l’un à l’autre, nous n’avions pas aperçu les buissons et les fossés que nous avions à franchir pour lui donner raison.

N’importe, je ne refuse pas d’essayer; mais n’essayons pas de sauter ces barrières avant de savoir si nous avons ensuite un chemin à suivre ensemble; car, si cela n’est pas, mieux vaut nous examiner lentement pour nous retrouver un jour dans un chemin mieux cherché et mieux tracé.

Peut-être alors aurez-vous mieux compris Leroux; peut-être aussi aurai-je mieux étudié Fourier, et alors nous nous entendrons sans faire violence à nos sympathies et à cette sorte d’instinct que l’artiste comme le politique doit beaucoup respecter en lui-même. Si, comme vous le croyez, tout concourt au but, si nos forces de répulsion, fussent-elles inintelligentes et injustes jusqu’à un certain point, sont les foyers mêmes de notre courage et le secret de notre puissance, quoi qu’il en résulte, croyez bien que je rends justice à votre intelligence et à votre loyauté, et que je ne regrette point de vous avoir causé quelques soucis d’esprit.

Tout ce qui nous fait examiner, rêver et raisonner notre vie morale est une étude salutaire, et j’espère que vous ne m’en voudrez pas de vous avoir traité en homme de conscience et de réflexion.

Tout à vous.

G. SAND.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *