Lettre écrite par George Sand à Rédacteurs du journal L'Atelier le 02/1846 à Paris

AUX RÉDACTEURS DU JOURNAL L’ATELIER, A PARIS.
Paris, février 1846.

Messieurs,

La manière détournée que vous employez pour répondre à ma lettre me parait empreinte d’un peu de passion. Nul plus que moi n’est porté à excuser la passion dirigée vers la recherche de la vérité, lors même qu’elle se fait un peu tranchante et intolérante. Cependant j’attendais de vous plus de justice et de sympathie. Il fallait ne point répondre du tout aux objections que contenait ma lettre, puisqu’elles n’appelaient pas et repoussaient, au contraire, une discussion publique, ou bien il fallait me demander l’autorisation, en m’en démontrant la nécessité, de publier ma lettre entière. Je viens vous demander maintenant l’insertion complète de cette lettre, dont je n’ai pas pris copie, et, sur ce point, je m’en rapporte entièrement à votre loyauté. Certes, je suis un faible champion de la vérité, et ma lettre n’est pas rédigée avec le soin que vous aviez apporté dans votre réfutation.

Vous m’avez jugée par contumace, ou bien vous m’avez combattue à armes inégales, moi présentant à votre examen de conscience quelques objections prises rapidement au hasard entre beaucoup d’autres, et ne vous demandant, au nom de la conscience, que de les peser dans votre for intérieur; vous, travaillant et rédigeant à loisir un article pour un journal et opposant un mois de travail à une lettre particulière écrite au courant de la plume. Je crains pourtant que votre réponse ne soit empreinte d’une trop grande précipitation, et je ne me trouve ni convaincue ni satisfaite par vos arguments.

La manière dont vous posez les questions est telle, que je m’abstiendrai plus que jamais d’engager une polémique; je vois que vous ne me convertiriez pas, et la polémique n’est pas le champ clos où ma vocation me porte à défendre les principes et les idées dont je suis pénétrée.

Si je vous ai prié de ne pas insérer ma lettre et si je vous demande aujourd’hui le contraire, c’est pour des raisons que vous comprendrez et que tout le monde comprendra. J’avais une extrême répugnance à signaler aux ennemis du peuple les dissidences qui existent dans son sein. C’est, je crois, une mauvaise chose à faire que de leur donner le spectacle de nos incertitudes et de notre désaccord sur certains points.

Vous n’avez pas tenu compte de mon scrupule, et, en cela, vous avez dû être persuadés et abusés par quelque esprit ennemi du peuple, ennemi de l’Évangile et de l’égalité. Vous avez voulu proclamer à tout prix le triomphe de l’Église catholique sur vos opinions. Il en est résulté que des journaux catholiques et autres se sont réjouie de nous voir aux prises les uns contre les autres. Pauvre peuple! faut-il que tu ne trouves la vérité qu’en traversant, à tes périls et à tes dépens, les embûches de tes éternels oppresseurs!

Maintenant, je demande la publication de ma lettre, c’est pour déjouer autant qu’il est en moi cette misérable ruse de nos ennemis. Le public jugera en voyant le respect dont mon cœur est rempli pour le fond de notre cause commune, et pour ceux qui la défendent même en se trompant, si l’esprit d’hostilité est en moi et si la discorde est réellement entre nous.

Agréez, messieurs, l’expression de mes sentiments affectueux.

GEORGE SAND.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *