Lettre écrite par George Sand à Casimir Dudevant le 29/07/1823 à Paris

A CASIMIR DUDEVANT
[Paris1] Mardi soir [29 juillet 1823]

Comme c’est triste, mon bon petit ange, mon cher amour, de t’écrire au lieu de te parler, de ne plus te savoir là près de moi, et de penser que ce n’est aujourd’hui que le premier jour. Comme il me semble long, et comme je me trouve seule ! J’espère que tu ne me quitteras pas souvent, car cela me fait bien du mal et je ne m’y accoutumerai jamais. Je ne sais pas ce que je fais ce soir tant je suis fatiguée et étourdie d’avoir pleuré.

Cependant ne t’inquiète pas trop, mon ange. Je ferai tout mon possible pour n’être pas malade, ni notre cher petit non plus. Mais il ne me faudrait pas souvent des journées comme celle-ci. Je ne peux pas m’empêcher de pleurer encore quand je pense au moment où tu m’as quittée, pauvre cher ami, tu pleurais aussi, tu ne resteras pas longtemps, n’est-ce pas ? Je ne pourrai jamais m’accoutumer à vivre sans toi ; je m’ennuie à périr ; tout le monde m’importune et me déplaît. Il n’y a que notre petit Maurice qui soit gentil parce qu’il pleure avec moi. C’est de faim il est vrai, mais nous pleurons tous deux, et je l’aime encore mieux s’il est possible depuis que je n’ai plus que lui pour me consoler. Mon Dieu que je voudrais être à ce samedi où tu reviendras ! Je crains ce jour autant que je le désire car si tu ne reviens pas, je serai bien malade d’inquiétude et d’impatience. Si tu étais comme moi, cher amour, si tu t’ennuyais, si tu n’avais pas un moment de plaisir en mon absence, tu serais bientôt de retour. Si j’étais en train de rire, je te raconterais en détail le désespoir de cette pauvre Catherine depuis le départ d’André [Caillaud]. On m’a dit qu’en le quittant elle avait fondu en larmes devant tout le monde dans la cuisine de M. Gallyot ; le fait est qu’elle est bien triste et bien pâle. Mais je suis plus en train de la plaindre que de m’amuser de son chagrin. S’il avait fallu me séparer de toi tout à fait avant notre mariage, j’en serais devenue folle, et maintenant j’en mourrais.

Bonsoir, mon amour, mon cher petit mimi, je vais me coucher et pleurer toute seule dans mon lit. J’achèverai ma lettre demain matin et je la ferai partir avant midi afin que tu la reçoives plus tôt. Écris-moi bien vite, donne-moi bien des détails sur ton voyage, sur ton arrivée à Nohant. Mais surtout parle-moi de toi, dis-moi que tu m’aimes, que tu m’aimeras toujours de même. Pour moi je n’ai vu personne aujourd’hui, je n’ai rien de nouveau à te dire, je te répéterai seulement que je t’adore, que je t’aime autant qu’on peut aimer sur la terre. Adieu… bonsoir… Mon Dieu que c’est triste !

Mercredi matin

Voilà une nuit de passée, mon ange, je voudrais bien que ce fût la dernière. Tu l’as passée bien mauvaise, pauvre petit chat, au milieu des cahots de la diligence. Au moins tu as pensé à ta petite femme, n’est-ce pas ? Ton petit Mascarille est déjà venu 2 ou 3 fois voir au pied de mon lit si tu étais là pour lui donner des mouches. Mme Aimable dit qu’elle n’a jamais dormi si tranquille. Mais moi, mon petit amour, j’ai bien pleuré avant de m’endormir. Tu seras demain au soir à Nohant et tu recevras ma lettre après-demain si elle ne souffre pas de retard. Réponds-moi tout de suite. Dis-moi que tu reviendras bientôt, car je ne me consolerai pas jusqu’à ce que tu reviennes. Je ne suis pas moins triste aujourd’hui qu’hier, et je sens bien que rien ne pourra me distraire ni m’amuser sans toi. Adieu, bon ami, cher ange, adieu, mon petit amour. Tu sais comme je t’aime, comme je te chéris, comme je t’attends… reviens, je t’en prie à genoux, reviens.

Embrasse pour moi le bon grand homme [Deschartres], et Hippolyte. Ton petit ange de Maurice a bien dormi cette nuit, bien tété ce matin, bien fait pipi et caca, etc.

  1. Les époux Dudevant ont loué un appartement à Paris, hôtel de Florence, 56 rue Neuve-des-Mathurins (actuel 26 rue des Mathurins), tenu par Henri Gallyot (Histoire de ma vie, IV, 9) ; c’est là que naît Maurice le 30 juin 30 juin 1823. Le 29 juillet, Casimir part pour Nohant ; c’est la première fois que le couple se sépare []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *