Lettre écrite par George Sand à Monsieur CARON le 19/11/1826 à Nohant

A M. CARON.
Nohant, 19 novembre 1826.

Mon cher Caron,

Je partage bien sincèrement votre douleur, dont j’apprécie l’amertume. Je sais que vous étiez le modèle des bons fils et que jamais larmes ne furent plus vraies que les vôtres. Je n’essayerai point avec vous les vaines et communes consolations qu’on donne en pareil cas. Si vous êtes comme moi, ces stériles efforts ne feraient qu’aigrir votre chagrin. Sûre que votre raison vous dit, mieux que moi, toutes les raisons de notre soumission envers les immuables lois de la destinée, je me bornerai à pleurer avec vous dans toute l’effusion d’un cœur sincèrement attaché, qui partagera toujours vos plaisirs et vos peines.

Vous avez tort d’ajouter à des regrets trop fondés, des réflexions tristes mais imaginaires. Vous dites que cette perte vous laisse seul sur la terre. Sans doute, rien ne remplace une bonne mère; mais il vous reste de vrais amis. Vous êtes fait pour en avoir, et vous savez, j’espère, que vous en possédez de bien vrais dans Casimir et dans sa femme. Je regrette de n’être pas auprès de vous pour vous détourner de ces noires idées, et vous prouver qu’il est encore des cœurs qui s’intéressent à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *