Lettre écrite par George Sand à Mademoiselle Leroyer De Chantepie le 23/08/1841 à Nohant

A MADEMOISELLE LEROYER DE CHANTEPIE, A ANGERS.
Nohant, 23 août 1841.

Mademoiselle,

J’ai reçu à Paris, où je viens de passer quelques jours, la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire il y a deux mois. Je répondrais mal à la confiance dont vous m’honorez si je n’essayais pas de vous dire mon opinion sur votre situation présente. Cependant, je suis un bien mauvais juge en pareille matière, et je n’ai point du tout le sens de la vie pratique. Je vous prie donc de regarder le jugement très bref que je vais vous soumettre comme une synthèse d’où je ne puis redescendre à l’analyse, parce que les détails de l’existence ne se présentent à moi que comme des romans plus ou moins malheureux et dont la conclusion ne se rapporte qu’à une maxime générale: changer la société de fond en comble.

Je trouve la société livrée au plus affreux désordre, et, entre toutes les iniquités que je lui vois consacrer, je regarde, en première ligne, les rapports de l’homme avec la femme établis d’une manière injuste et absurde. Je ne puis donc conseiller à personne un mariage sanctionné par une loi civile qui consacre la dépendance, l’infériorité et la nullité sociale de la femme. J’ai passé dix ans à réfléchir là-dessus, et, après m’être demandé pourquoi tous les amours de ce monde, légitimés ou non légitimés par la société, étaient tous plus ou moins malheureux, quelles que fussent les qualités et les vertus des âmes ainsi associées, je me suis convaincue de l’impossibilité radicale de ce parfait bonheur, idéal de l’amour, dans des conditions d’inégalité, d’infériorité et de dépendance d’un sexe vis-à-vis de l’autre. Que ce soit la loi, que ce soit la morale reconnue généralement, que ce soit l’opinion ou le préjugé, la femme, en se donnant à l’homme, est nécessairement ou enchaînée ou coupable.

Maintenant, vous me demandez si vous serez heureuse par l’amour et le mariage. Vous ne le serez ni par l’un ni par l’autre, j’en suis bien convaincue. Mais; si vous me demandez dans quelles conditions autres je place le bonheur de la femme, je vous répondrai que, ne pouvant refaire la société, et sachant bien qu’elle durera plus que notre courte apparition actuelle en ce monde, je la place dans un avenir auquel je crois fermement et où nous reviendrons à la vie humaine dans des conditions meilleures, au sein d’une société plus avancée, où nos intentions seront mieux comprises et notre dignité mieux établie.

Je crois à la vie éternelle, à l’humanité éternelle, au progrès éternel; et, comme j’ai embrassé à cet égard les croyances de M. Pierre Leroux, je vous renvoie à ses démonstrations philosophiques. J’ignore si elles vous satisferont, mais je ne puis vous en donner de meilleures: quant à moi, elles ont entièrement résolu mes doutes et fondé ma foi religieuse.

Mais, me direz-vous encore, faut-il renoncer, comme les moines du catholicisme, à toute jouissance, à toute action, à toute manifestation de la vie présente, dans l’espoir d’une vie future? Je ne crois point que ce soit là un devoir, sinon, pour les lâches et les impuissants. Que la femme, pour échapper à la souffrance et à l’humiliation, se préserve de l’amour et de la maternité, c’est une conclusion romanesque que j’ai essayée dans le roman de _Lélia_, non pas comme
un exemple à suivre, mais comme la peinture d’un martyre qui peut donner à penser aux juges et aux bourreaux, aux hommes qui font la loi et à ceux qui l’appliquent. Cela n’était qu’un poème, et, puisque vous avez pris la peine de le lire (en trois volumes), vous n’y aurez pas vu, je l’espère, une doctrine. Je n’ai jamais fait de doctrine, je ne me sens pas une intelligence assez haute pour cela. J’en ai cherché une; je l’ai embrassée. Voilà pour ma synthèse à moi; mais je n’ai pas le génie de l’application, et je ne saurais vraiment pas vous dire dans quelles conditions vous devez accepter l’amour, subir le mariage et vous sanctifier par la maternité.

L’amour, la fidélité, la maternité, tels sont pourtant les actes les plus nécessaires, les plus importants et les plus sacrés de la vie de la femme. Mais, dans l’absence d’une morale publique et d’une loi civile qui rendent ces devoirs possibles et fructueux, puis-je vous indiquer les cas particuliers où, pour les remplir, vous devez céder ou résister à la coutume générale, à la nécessité civile et à l’opinion publique? En y réfléchissant, mademoiselle vous reconnaîtrez que je ne le puis pas, et que vous seule êtes assez éclairée sur votre propre force et sur votre propre conscience, pour trouver un sentier à travers ces abîmes, et une route vers l’idéal que vous concevez.

A votre place, je n’aurais, quant à moi, qu’une manière de trancher ces difficultés. Je ne songerais point à mon propre bonheur. Convaincue que, dans le temps
où nous vivons (avec les idées philosophiques que notre intelligence nous suggère et la résistance que la législation et l’opinion opposent à des progrès dont nous sentons le besoin), il n’y a pas de bonheur possible au point de vue de l’égoïsme, j’accepterais cette vie avec un certain enthousiasme et une résolution analogue en quelque sorte à celle des premiers martyrs. Cette abjuration du bonheur personnel une fois faite sans retour, la question serait fort éclaircie. Il ne s’agirait plus que de chercher à faire mon devoir comme je l’entendrais. Et quel serait ce devoir? Ce serait de me placer, au risque de beaucoup de déceptions, de persécutions et de souffrances, dans les conditions où ma vie serait le plus utile au plus grand, nombre possible de mes semblables. Si l’amour parle en vous, quel sera, avec une telle abnégation, le but de votre amour? Faire le plus de bien possible à l’objet de votre amour. Je n’entends pas par là lui donner les richesses et les joies qu’elles procurent: c’est plutôt le moyen de corrompre que celui d’édifier. J’entends lui fournir les moyens d’ennoblir son âme, et de pratiquer la justice, la charité, la loyauté. Si vous n’espérez pas produire ces effets nobles et avoir cette action puissante sur l’être que vous aimez, votre amour et votre fortune ne lui feront aucun bien. Il sera ingrat, et vous serez humiliée.

Si l’espoir de la maternité parle en vous, quel sera (toujours avec l’abnégation) le but de votre espoir? Ce sera de vous placer dans les conditions les plus
favorables à l’éducation de vos enfants, aux bons exemples et aux bons préceptes que vous devez leur fournir.

Enfin, si le désir de donner le bon exemple à votre entourage parle en vous, examinez d’abord si votre entourage est susceptible d’être impressionné et modifié par un bon exemple, et, s’il en est ainsi, cherchez les conditions dans lesquelles vous lui donnerez ce bon exemple.

Ici s’arrête nécessairement mon instruction. Si vous me disiez d’appliquer à votre place ces trois préceptes, je ferais peut-être tout de travers. Je crois avoir une bonne conscience et de bonnes intentions. Mais je n’ai aucune habileté de conduite, et je me suis mille fois trompée dans l’action. Je crois que vous avez un meilleur jugement, et que, si vous, vous servez de ma théorie, vous sortirez des incertitudes où vous êtes plongée. La préoccupation où vous êtes d’une satisfaction personnelle que je crois impossible d’assurer est l’obstacle qui vous arrête, et, si vous vous sentez la foi et le courage de l’écarter la
lumière se fera dans votre intelligence.

Je n’ai pas lu les ouvrages que vous m’avez fait l’honneur de m’envoyer. Ils ont été égarés dans un déménagement avec d’autres livres, et je n’ai jamais pu les
retrouver. Si vous aviez la bonté de renouveler votre envoi, j’y consacrerais les premières heures de liberté que j’aurai. Je vous demande pardon de mon
griffonnage, j’ai la vue fort altérée. J’écris bien rarement des lettres et avec beaucoup de peine.

Agréez, mademoiselle, l’expression de mon estime bien particulière et de mes sentiments distingués.

GEORGE SAND.

Je serai à Paris vers le 25 septembre.
Veuillez adresser à la Revue indépendante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *