Lettre écrite par George Sand à Maurice Sand le 06/06/1843 à Nohant

A MAURICE SAND, A GUILLERY.
Nohant, 6 juin 1843.

Mon cher enfant,

Je suis heureuse que tu t’amuses et que tu prennes du bon temps. Quoique tu me manques beaucoup, j’en ferais le sacrifice aussi longtemps que tu le désirerais, mais tu sais que le travail et le maître doivent passer avant tout.

Je reçois ce matin une lettre de Delacroix. Il sera ici dans quinze jours, le 20 au plus tard. Ainsi tu n’as pas de temps à perdre pour revenir; car tu auras besoin de te reposer un jour ou deux avant d’aller d’ici, avec le cabriolet, au-devant de ton _patron_. Tu savais bien que tu n’avais guère qu’une quinzaine de jours devant toi quand tu as entrepris ce voyage. Arrive donc de ton côté et fais provision d’ardeur pour le travail.

Songe à ne pas te laisser accaparer trop longtemps. Tu ne fais rien, tu t’habitues à ne rien faire, ce qui est pire. Donne pourtant à ton père le temps convenable et sois gentil avec lui. Montre-lui que je ne t’ai pas si mal élevé.

Je suis toute triste de ton absence. On ne vit pas pour soi, et on ne peut se passer de ceux qu’on aime. Personne cependant n’a plus de courage que moi pour se suffire comme on dit vulgairement. Mais se suffire n’est que tuer le temps et tromper la tristesse. La maison est bien grande sans toi, mon pauvre Bouli, et les soirées seraient bien longues si je ne me plongeais dans les bouquins.

Je suis dans la franc-maçonnerie jusqu’aux oreilles; je ne sors pas du Kadosh, du Rose-Croix et du Sublime Écossais. Il va en résulter un roman des plus mystérieux. Je t’attends pour retrouver les origines de tout cela dans l’histoire d’Henri Martin, les templiers, etc.

Je reçois une lettre anonyme d’un Slave de la Moravie qui me remercie des réflexions que ma plume gracieuse sème par-ci, par-là sur l’histoire de Bohème, et qui me promet la reconnaissance de la race slave depuis la mer Égée jusqu’à sa SŒUR glaciale. Tu pourras donner ce nom à Solange quand elle ne sera pas sage.

Bonsoir! reviens, porte-toi bien. J’attends de tes nouvelles avec impatience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *